Choose your location to get a site experience tailored for you.

Remember my region and language settings
Decommissioning in Oil & Gas

Stratégies du secteur d’aval pétrolier & gazier : Raffinage & Pétrochimie

Les acteurs d’aval du secteur de l’énergie font face à certains des défis les plus grands qu’ils ont connus depuis des décennies. Bien que les titres puissent donner la priorité à la volatilité des prix de l’énergie, les sociétés d’aval font face à de nombreux autres risques. Tout en haut de la liste, nous trouvons les développements en cours en matière de restructuration du secteur, de dérégulation et de concentration des entreprises. Dans cet environnement, ce qu’il faut pour rester compétitif est une stratégie à long terme pour améliorer l’efficacité opérationnelle, réduire les coûts et protéger les recettes et les marges.

Le futur de la rentabilité dans le secteur du raffinage

Au cours des décennies à venir, les perspectives dans le secteur du raffinage dépendront de cinq facteurs clés :

Adoption des outils et aptitudes numériques. L’utilisation du numérique dans le secteur du raffinage du pétrole dépendra entièrement de la réduction effective des coûts, de la sécurité accrue et d’une optimisation plus rapide. Les applications incluent l’intelligence artificielle pour l’optimisation du processus de production ainsi que de l’automatisation de la gestion des matériaux et la gestion des actifs numériques. Par exemple, les sociétés peuvent améliorer la fiabilité des actifs à travers une gestion avancée de l’entretien qui utilise le Big data et des algorithmes d’apprentissage-machine pour optimiser les cycles d’entretien et pour prédire les pannes critiques sur les équipements.

La technologie du « double numérique » — dans laquelle une réplique virtuelle est créée et constamment mise à jour — servira aussi d’outil de stratégie clé dans la prise en charge et la création d’efficacité dans les trois phases de la gestion du cycle de vie : la phase de planification pour estimer les budgets et planifier les projets ; la phase de développement de projet allant du concept à la construction ; la phase des opérations, lorsque les propriétaires et les opérateurs exploitent un actif final et peuvent le mettre au service des objectifs de l’entreprise.

Assurer l’excellence opérationnelle. Les raffineries d’aujourd’hui sont confrontées à un renforcement des réglementations concernant les spécifications du produit et les émissions. Tous ces changements nécessitent de gros investissements et qui ne donneront pas de retours à court terme. Pour réussir dans un tel contexte, les raffineurs doivent donner la priorité à l’excellence des opérations en développant un système de soutien décisionnel qui assure l’alignement entre des mesures économiques d’encouragement de la part de la direction supérieure et l’expérience au niveau opérationnel :

  • hiérarchisation des indicateurs clés de performance de l’usine qui stimuleront les performances économiques en temps réel ;
  • remise en question des objectifs opérationnels de l’usine selon les performances optimisées et les limites réelles ;
  • algorithmes prédictifs puissants permettant une compréhension complète du processus en chaque point d’une usine ;
  • plus grande automatisation grâce à un contrôle avancé des opérations avec une perspective économique ;
  • conduite du changement qui inclut la mise à niveau de la responsabilité et de l’engagement des opérateurs ;

outils avancés d’analyse dans la planification et la programmation des processus. Les processus actuels de programmation du raffinage appliquent une approche par tâtonnements reposant sur l’expérience des programmateurs. Une complexité croissante requiert toutefois de mettre à niveau cette logique par apprentissage-machine qui assure une programmation uniformisée et optimisée sur 30 jours tout en offrant également une réponse flexible à la possibilité de traitement d’un brut en particulier. Les principaux avantages incluent :

  • l’optimisation de la programmation fondée sur l’économie ;
  • une plus grande stabilité des opérations de raffinage ;
  • une réaction rapide aux événements inattendus ;
  • une augmentation du nombre des bruts à haut rendement traités ;

la numérisation de l’entretien. Les activités d’entretien ont un énorme impact financier sur les bénéfices et les pertes des raffineries (généralement, un tiers des coûts en espèces hors énergie). Elles affectent également la disponibilité des raffineries. Lorsqu’ils sont intégrés dans un écosystème industrialisé, le Big data et les outils avancés d’analyse permettent une prise de décision optimisée ainsi qu’une meilleure fiabilité en assurant :

  • un entretien prédictif basé sur les données d’exploitation et les caractéristiques statiques ;
  • une usine connectée et la numérisation du personnel d’entretien ;
  • des systèmes de santé des actifs ;

l’optimisation des négociations et des chaînes d’approvisionnement . La mise en œuvre de la Convention MARPOL entraînera une perturbation du marché de 2019 à 2022. Pour être en mesure de tirer profit de ces turbulences, les raffineurs doivent avoir la flexibilité de traiter une multitude de types de bruts et de réaliser une évaluation précise des flux intermédiaires, ce qui requiert que les opérations commerciales et celles liées à la chaîne d’approvisionnement soient profondément intégrées dans les opérations globales de raffinage et de pétrochimie. Ils pourront ainsi extraire la valeur maximale du système et de tirer avantage de la volatilité à court terme sur les marchés internationaux.

Perturbations et opportunités dans la chaîne d’approvisionnement pétrochimique

  • Responsabilité sociale et environnementale. Les défis de la durabilité sont l’une des principales priorités mondiales qui influencent fortement les réglementations et les types de demande des consommateurs. Au fur et à mesure que nous progressons vers une « économie circulaire », les utilisateurs finaux et les acteurs de la chimie font pression en faveur du changement. Une telle évolution aura un impact significatif sur l’emballage, par exemple, et faire des choix stratégiques maintenant aidera les sociétés à s’en sortir avec une longueur d’avance.
  • Numérisation. Les organisations de l’industrie chimique de premier plan ont commencé à adopter la numérisation, mais l’ensemble du secteur traîne des pieds et un potentiel énorme existe pour ceux qui tireront profit de la révolution numérique. L’approche de la transformation exige de donner la priorité à trois fronts. Premièrement, exploiter le numérique pour transformer l’aspect central de l’entreprise. Deuxièmement, trouver de nouvelles offres pouvant être construites à travers le numérique. Et troisièmement, donner aux équipes les moyens d’exécuter efficacement des stratégies numériques sur le long terme.
  • Changement géostratégique. Le secteur de la chimie au Moyen-Orient entame la transition vers des produits de plus grande valeur en se concentrant moins sur les exportations. La Chine recadre également son secteur de la chimie pour se concentrer davantage sur les produits à valeur élevée et pour être plus propre et plus efficace. Ces tendances, ainsi que l’évolution des tarifs douaniers et les changements apportés au NAFTA et autres accords commerciaux, auront un impact sur le flux de marchandises et sur l’établissement des prix sur toute la chaîne de valeur.
  • Nouveaux matériaux & nouvelles méthodes de fabrication. L’impression 3D au polymère devrait se développer pour devenir un secteur de 180 milliards $ d’ici 2035, ce qui présente des défis et des opportunités pour les modèles économiques des sociétés de résine dans leur recherche de fournisseurs de matériaux et de partenaires dans les activités de production et de conception.
  • Voies alternatives aux oléfines. Un panorama remanié du carburant change l’économie des matières premières, ce qui rend plus réalisables les voies reposant sur le méthane et remodelant potentiellement la courbe mondiale d’approvisionnement et les règles régionales pour l’éthylène et ses dérivés.
  • Panorama du raffinage. Les règlements concernant les combustibles de soute de la Convention MARPOL engendreront une évolution de la production des raffineries avec un impact potentiel sur la fourniture de propylène. De plus, une baisse de la demande en essence entraînera un excès de naphta avec le risque de fermetures des raffineries. (Voir plus haut pour en savoir plus sur le panorama du raffinage)

Rencontrez des experts du secteur d’aval pétrolier & gazier du BCG

Le BCG a travaillé avec plus de 200 clients du secteur d’aval pétrolier et gazier dans le monde au cours des cinq dernières années. Nous sommes présents sur le terrain dans tous les segments clés d’aval. Nous avons de l’expérience dans les stratégies de croissance internationale, l’optimisation des coûts, l’amélioration des profits ainsi que dans l’organisation et la conduite du changement.

  • Global leader for oil and gas
  • Energy trading and risk management
  • Downstream oil, including ground fuels, aviation fuels, and LPG
  • Operations and efficiency
  • Energy
  • Digital transformation for oil companies
  • Downstream oil
  • Operational transformation and turnaround
  • Leads BCG's global petrochemicals topic
  • Oil and gas downstream (refining, midstream, and petrochemicals)
  • Lean operations
  • Corporate strategy and business unit strategy
  • Oil and gas
  • Energy and utilities
  • Digital and advanced analytics
  • Transformation
  • Leads BCG's Energy practice in Asia-Pacific
  • Transformation and operational excellence
  • Organization
  • Development of corporate and business unit strategy
  • Oil downstream
  • Supply and trading
  • Refining and petrochemicals
  • EPC, engineering, and construction companies
Oil & Gas

SUBSCRIBE