Choose your location to get a site experience tailored for you.

Remember my region and language settings

Luxe de seconde-main, un marché à 12% de croissance par an

Le marché du luxe d’occasion ou le marché de la seconde main n’est pas nouveau, mais connaît depuis peu une croissance fulgurante. Alimenté par les plateformes digitales, qui génèrent 25% des ventes globales, la seconde main devrait progresser en moyenne de 12% par an, contre 3% en moyenne pour le marché du luxe. Avec 36 milliards de dollars en 2021 (contre 25 milliards de dollars en 2018), ce marché représente environ 9% du marché total du luxe.

C’est ce que révèle une nouvelle étude inédite réalisée par le Boston Consulting Group (BCG) et Vestiaire Collective, intitulée Why Luxury Brands Should Celebrate the Pre-Owned Boom. Le marché d’occasion a toujours été un tremplin vers le monde du luxe pour ceux qui ne pouvaient y avoir directement accès. L’émergence de consommateurs Millennials, « digital native » et soucieux des comportements environnementaux des marques, apporte un nouveau souffle à la seconde main. Pour les Maisons, ce marché représente une opportunité de sensibiliser une clientèle plus jeune à leur marque, d’accroître la fidélité de leurs consommateurs existants, de s’ouvrir à de nouveaux marchés et surtout de répondre aux enjeux de développement durable auxquels fait face le marché du luxe.

Les acheteurs de seconde main : des Millennials soucieux de l’impact social et environnemental

Les Millennials (54%) et Génération Z (48%) représentent la majorité des consommateurs de la seconde-main. Plus que les générations précédentes, ils sont davantage conscients de l’impact de leur choix de consommation sur la planète. Le comportement d'achat de 59% des clients du luxe est influencé par le développement durable, tandis que 17% des clients du marché de l'occasion achètent du seconde-main car ils le considèrent comme un comportement responsable écologiquement.

La croissance du marché de la seconde-main est en partie due au changement des modes de consommation et notamment de la jeune génération.

« La seconde-main prolonge la durée de vie des produits de luxe. La plupart de ceux vendus sur des plateformes de luxe d'occasion sont de haute qualité, avec 62% de produits non portés ou peu usés. Les Maisons qui souhaitent s’engager dans des actions plus écoresponsables bénéficieront de cette économie circulaire du luxe» explique Olivier Abtan, Directeur Associé au BCG et responsable de l’expertise luxe au niveau mondial.

La seconde-main, un luxe accessible et une gamme unique de produits

Les clients du marché du luxe d’occasion sont pour une grande part attirés par les prix abordables des produits de luxe : 96% des acheteurs interrogés déclarent se procurer des articles de luxe d’occasion en partie parce qu’ils recherchent des bonnes affaires.

Autre atout majeur du marché de la seconde-main : 62% des acheteurs le trouvent plus attractif aujourd'hui parce qu'ils recherchent des articles épuisés, en édition ancienne ou limitée, et 83% parce qu'il offre un large choix de produits et marques qui ne sont parfois plus accessibles sur le marché de première main.

« La seconde main a démocratisé la mode en donnant à un plus grand public l’accès à des vêtements et accessoires de luxe auxquels ils n’auraient pu aspirer autrement. Au-delà de l’accessibilité des articles vintages et des collections des années précédentes, les consommateurs recherchent des articles rares ou iconiques, y compris les éditions limitées et issues de collaborations, qui souffrent d'une pénurie sur le marché du luxe traditionnel » détaille Maximilian Bittner, CEO de Vestiaire collective.

Un marché qui se professionnalise

Traditionnellement, les acteurs du marché d’occasion sont surtout des acteurs, de petites tailles, qui se concentrent sur des catégories de produits ou une zone géographique restreinte. Mais avec l’émergence du digital ces acteurs traditionnels ont laissé place à des plateformes de revente en ligne. Ces-dernières se sont multipliées, professionnalisées et séduisent aujourd’hui de nouveaux consommateurs. Avec des offres de produits plus larges et authentifiées, ces plateformes personnalisent leur marketing grâce aux datas récoltées et luttent contre la contrefaçon, un enjeu essentiel pour garantir leur légitimité, au même titre que les Maisons de luxe. Elles attirent aujourd’hui d'importants investissements de la part de fonds en capital-risque.

La seconde-main, une opportunité pour les Maisons de luxe

La seconde-main représente une opportunité pour les Maisons. C’est en effet un mécanisme de recrutement qui permet à de nouvelles catégories de consommateurs d'entrer sur le marché du luxe : 71% des acheteurs d'occasion interrogés n'avaient pas les moyens de s’offrir des marques de première main.

Cependant, le pouvoir d’achat de ces nouveaux consommateurs, très jeunes, tend à augmenter et ils deviennent dès lors des clients potentiels pour des produits de luxe de première main : 57 % déclarent acheter ou envisager d'acheter une marque qu'ils ont découverte initialement de seconde main lors de leur prochaine acquisition.

« Acheteurs et vendeurs ne sont pas les mêmes sur le marché de l’occasion. Généralement, les acheteurs n'ont pas les moyens d'acheter des produits de première main et la seconde-main est leur façon d’entrer dans le monde du luxe. Les vendeurs sur le marché d'occasion sont le plus souvent acheteurs sur le marché du luxe traditionnel. Ils utilisent la revente pour réinvestir dans de nouveaux produits de luxe à plein prix » détaille Olivier Abtan.

44% d’entre eux déclarent en effet acheter des produits de luxe de première main, plus chers, car ils savent qu’ils pourront les revendre ensuite en seconde-main ; 32% vendent quant à eux sur le marché de la seconde main car cela leur permet d’augmenter leur pouvoir d’achat et ainsi d’accroître leurs acquisitions d’articles neufs sur le marché de la première main.

« 70% des ventes sur Vestiaire Collective proviennent de vendeurs qui achètent rarement chez nous. Ces-derniers sont des acheteurs de première main, fidèles aux marques, qui utilisent la revente pour renforcer leur pouvoir d’achat sur le marché du luxe traditionnel » explique Maximilian Bittner.

Il est clair que les Maisons qui choisiront de collaborer avec les acteurs de la seconde-main auront une longueur d’avance sur leurs concurrents. En effet, les marques de luxe qui se tournent vers des comportements plus responsables ne peuvent passer à côté de ce que sera l’économie circulaire du luxe : Maisons historiques et seconde-main, deux univers qui s’engagent et évoluent ensemble, et non en opposition, vers des comportements environnementaux et sociaux plus respectueux.

Méthodologie

Basée sur une étude auprès de 1 005 clients de Vestiaire Collective en octobre 2018, et sur la base des 12 000 répondants de l’étude BCG x Altagamma (2019).

Contact Presse

Alison Harry
+33 6 17 81 35 59

Melanie Hughes
+44 (o) 7950225644

À propos de Vestiairecollective.com

Vestiaire Collective est la première plateforme de mode d'occasion. Alimentée par une communauté de passionnées et amoureux de la mode, les membres s'inspirent les uns des autres en vendant et en achetant des pièces uniques de leurs vestiaires. Encourageant les consommateurs à rejoindre l'économie circulaire, en offrant une alternative durable à la "mode rapide", la plateforme est unique en raison de sa communauté très engagée, de son catalogue unique, authentique et de son processus de contrôle qualité. Lancée à Paris en Octobre 2009, Vestiairecollective.com compte plus de 9 millions de membres à travers 50 pays dans le monde, avec des bureaux à Paris, Londres, New York, Milan, Berlin et Hong Kong. Plus de 40 000 articles sont soumis par notre communauté de vendeurs ce qui permet aux acheteurs de rechercher parmi une sélection de vêtements convoitée et introuvable tout en participant au mouvement de la mode circulaire.

A propos du Boston Consulting Group (BCG)

Boston Consulting Group partners with leaders in business and society to tackle their most important challenges and capture their greatest opportunities. BCG was the pioneer in business strategy when it was founded in 1963. Today, we help clients with total transformation—inspiring complex change, enabling organizations to grow, building competitive advantage, and driving bottom-line impact.

To succeed, organizations must blend digital and human capabilities. Our diverse, global teams bring deep industry and functional expertise and a range of perspectives to spark change. BCG delivers solutions through leading-edge management consulting along with technology and design, corporate and digital ventures—and business purpose. We work in a uniquely collaborative model across the firm and throughout all levels of the client organization, generating results that allow our clients to thrive.

Press Release
Previous Page