Choose your location to get a site experience tailored for you.

Remember my region and language settings

La filière VTC est à l'origine d'une création d'emploi sur 4 et de 6% de la croissance du PIB au premier semestre 2016 en Ile de France

Après seulement quatre ans d'existence, la filière VTC (Véhicule de Transport avec Chauffeur, chauffeur professionnel uniquement) est déjà porteuse de bénéfices pour la croissance, l'emploi et la mobilité.

L'étude menée par le Boston Consulting Group pour Uber révèle qu'après seulement quatre ans d'existence, la filière VTC (Véhicule de Transport avec Chauffeur, chauffeur professionnel uniquement) est déjà porteuse de bénéfices pour la croissance, l'emploi et la mobilité. Cette activité en forte croissance, qui se concentre pour l'instant à 90 % en Ile-de-France, ne montre aucun signe de ralentissement, que ce soit du côté de l'offre ou de la demande. Au contraire, à terme, sans même atteindre le nombre de chauffeurs par habitant de New York ou Londres en 2015, la filière VTC en France pourrait peser 3,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires, créer 80 000 postes de chauffeurs professionnels et générer 1,3 milliards d'euros de recettes fiscales supplémentaires.

Le VTC : une filière en croissance, contribuant positivement au PIB

Négligeable jusqu'en 2013, la filière VTC représente déjà 800 millions d'euros en 2016, soit 19 % du secteur du transport particulier de personnes (taxis et VTC, évalué à 4,2 milliards). Elle contribue à hauteur de 0,04 % au PIB de la France en 2016 et 2 % de sa croissance. En Ile-de-France, on atteint 0,1 % du PIB et 6 % de sa croissance.

Cette filière entraîne un écosystème d'acteurs, au premier rang desquels les vendeurs et loueurs de voitures, les assureurs, les cabinets d'expertise comptable et les centres de formation et d'examen agréés. On estime qu'environ 25% du prix d'une course revient aux acteurs de cet écosystème direct, soit entre 150 et 250 millions d'euros pour 2016.

« Le développement de la filière a accéléré la croissance de l'ensemble du secteur du transport particulier de personnes en France » souligne Sylvain Duranton, directeur associé au BCG et co-auteur de cette étude. En Ile-de-France, la croissance atteint 10 %. Si l'essor du VTC n'a pas d'impact sur le développement du transport public, il s'est néanmoins traduit par un effet de substitution partielle à l'activité taxi. L'étude a identifié une baisse de 5,3 % par an en moyenne de l'activité taxi en Ile-de-France depuis 2013. Cette baisse se reflète sur le prix de la licence des Taxis Parisiens qui est revenu à un niveau proche de celui de 2008, soit environ 35 % supérieur à celui de 2000 et 35% inférieur à celui de 2013.

Un impact positif sur la création d’emploi, les recettes fiscales et la mobilité

15 % de la création nette d'emploi en France sur les 6 premiers mois de l'année 2016 vient de la filière VTC. "Ce chiffre atteint même 25 % en Ile-de-France, soit une création nette d'emploi sur quatre", accentue Joël Hazan, directeur associé du cabinet de conseil en stratégie et co-auteur de l'étude. En juin 2016, 22 000 personnes exerçaient l'activité de chauffeur privé en Ile-de-France et dans les grandes agglomérations françaises. Environ 65 % de ces chauffeurs seraient des employés d'entreprises capacitaires régies par la LOTI et 35 % seraient titulaires de la licence VTC.

Entre 8 000 et 11 000 chauffeurs déclarent qu'ils étaient auparavant sans activité, dont environ 1/3 depuis plus d'un an, et ce principalement dans des territoires où le taux de chômage est élevé. Le revenu d'un chauffeur est situé en moyenne entre 1400 et 1600 euros nets par mois pour un temps plein, avec des variations selon le contrat de travail pour les salariés capacitaires, ou la bonne gestion des dépenses – notamment des frais liés au véhicule – pour les VTC indépendants.

Cet essor s'accompagne de retombées fiscales positives pour l'Etat. En 2016, les recettes fiscales directes nettes de la filière se situeraient entre 240 et 350 millions d'euros, tirées notamment par la TVA.

Outre son impact économique, l'essor de la filière VTC a accru la mobilité en Ile- de-France en complétant l'offre de transports en commun. Les prix plus faibles en moyenne par rapport aux taxis en réservation (de 5% pour aller à Orly depuis Paris Rive Droite en réservation à l'avance à 30 % pour une course en soirée à Paris en réservation immédiate), notamment permis par la technologie, représentent un gain significatif pour les utilisateurs. Des utilisateurs qui apprécient fortement le service : 97% des utilisateurs interrogées se déclarent satisfaits ou très satisfaits de leur dernière course.

Cette croissance bénéfique pour l'économie met le doigt sur trois sujets d'attention pour les pouvoirs publics et l'ensemble des parties prenantes

Tout d'abord, le besoin d'une meilleure protection des indépendants. Si le sujet n'est pas nouveau et dépasse largement le secteur du transport de personnes, la montée en puissance des plateformes collaboratives conduit à repenser le modèle social et impose des adaptations.

Ensuite, la question de la baisse des prix des licences et le dédommagement des taxis. Cette question est complexe et doit trouver réponse dans la concertation des principaux acteurs.

Enfin, la refonte des statuts de taxis et VTC pour permettre une égalité devant les conditions d'exercice et d'accès à la profession. Celle-ci doit se faire au bénéfice des chauffeurs et continuer à permettre la croissance de l'offre pour satisfaire la demande.

Méthodologie de l’étude

Ce rapport a été préparé par BCG en collaboration avec Uber en utilisant des informations publiques et /ou confidentielles et les données fournies à BCG par Uber.

Cette étude exclut les activités de covoiturage interurbain (ex : BlaBlaCar) et urbain (ex : Heetch) effectuées par des conducteurs particuliers et non des chauffeurs professionnels (licence taxi, VTC ou salarié d'une entreprise capacitaire).

Elle s'appuie sur des statistiques de l'INSEE, des données récupérées auprès d'Uber, de la Préfecture de Police de Paris, un sondage SSI réalisé pour le BCG sur un échantillon de 786 utilisateurs de VTC à Paris, Lyon et Marseille du 10/10/2016 au 17/10/2016, une enquête quantitative auprès de 313 chauffeurs professionnels réalisée la semaine du 10/10/2016 et des rapports publics (notamment le rapport d'application de la loi Thevenoud). Les projections sont en euros constants.

A propos du Boston Consulting Group (BCG)

Le BCG est un cabinet international de conseil en management et le leader mondial du conseil en stratégie d'entreprise. Nous travaillons avec des clients de tous les secteurs partout dans le monde pour identifier ensemble les meilleures opportunités, les aider à affronter leurs défis et faire évoluer leurs activités. A travers une approche personnalisée, nous leur apportons notre vision de la dynamique des entreprises et des marchés ainsi que notre expertise à chaque niveau de leur organisation. Nous leur garantissons ainsi un avantage concurrentiel durable, des organisations plus performantes et des résultats pérennes. Fondé en 1963, le BCG est une entreprise privée présente dans 46 pays avec 82 bureaux. Plus d'informations sur http://www.bcg.fr/.

Press Release
Previous Page