Choose your location to get a site experience tailored for you.

Remember my region and language settings

Blockchain : deux décideurs sur trois s'y intéressent

Le BCG et le Medef publient un livre blanc sur la blockchain et exhortent les entreprises à se familiariser avec cette technologie dont les applications dépassent largement le seul secteur financier.

PARIS—Après Internet, et si demain, c’était au tour de la blockchain de changer en profondeur notre économie ? Aujourd’hui, certes, le bitcoin reste le seul exemple d'application de cette technologie à grande échelle, mais depuis quelques mois, de nombreuses initiatives voient le jour et ce bien au-delà du seul secteur de la finance. Une nouvelle étape de la révolution digitale se prépare. Les acteurs économiques qui n’auraient pas su l'anticiper risquent d'être pénalisés.

Un livre blanc publié aujourd'hui par le Medef et le Boston Consulting Group (« BCG »), révèle que deux décideurs sur trois se disent intéressés par cette technologie. Pour autant, seulement 15% sont prêts à nommer un responsable blockchain. Si les défis pour un déploiement à grande échelle de cette technologie restent nombreux, les entreprises doivent commencer à travailler aux cas d'usage dans leurs secteurs, notamment avec des startups.

La France bénéficie d’un écosystème dynamique avec de nombreuses startups blockchain et un cadre législatif plutôt favorable. Néanmoins, des efforts doivent encore être faits pour favoriser la collaboration entre tous les acteurs. C'est ce que proposent le Medef et le BCG, en partenariat avec BeMyApp, Blockchain Partner, le CIGREF, l’emlyon business school et BCG Platinion en organisant les 7 et 8 juin un grand BizHackathon, pour montrer comment faire émerger de nouveaux cas d'usage.

Le BCG et le Medef dans le cadre d'un partenariat qui associe également BeMyApp, Blockchain Partner, le CIGREF et l’emlyon business school et BCG Platinion publient aujourd'hui un livre blanc sur la blockchain.

Dans ce livre blanc, une enquête réalisée auprès de décideurs économiques représentant tous les secteurs d'activité révèle que la blockchain suscite déjà un véritable engouement. 66% des décideurs interrogés déclarent s’intéresser à la blockchain. « Nous sommes en train d'assister à une véritable révolution. Plus de 2500 brevets ont déjà été déposés sur la blockchain et 1,4 milliards de dollars ont été investis dans les startups blockchain entre 2013 et 2016. Tous les secteurs d’activité sont concernés » précise Nicolas Harlé, directeur associé senior au BCG. 70% des répondants seraient même prêts à mettre en place un pilote expérimental blockchain au sein de leur entreprise. Un autre sondage, réalisé en mai 2017 par IBM-EBG-BCG auprès de 776 décideurs montre que 26% d’entre eux considèrent que la blockchain aura un impact direct sur leurs activités dans les douze mois, soit à très court terme.

En revanche, seuls 15% des acteurs économiques interrogés envisagent de nommer un responsable blockchain. 

Des applications possibles qui vont au-delà du secteur financier

Une blockchain, littéralement une chaîne de blocs, est un historique décentralisé et infalsifiable de toutes les transactions effectuées depuis sa création. Chaque contributeur à la blockchain a ainsi un rôle de vérificateur des transactions contenues dans chaque nouveau bloc ajouté à la chaîne.

«Une des avancées majeures de la blockchain est qu'elle permet de réaliser des transactions vérifiées sans qu'il soit nécessaire de faire intervenir un tiers de confiance (banque, plateforme, fournisseur de service …) », indique Nicolas Harlé.

«Des cas d’usage emblématiques démontrent que le potentiel de disruption de cette technologie va  bien  au-delà  du  seul  secteur  financier »,  déclare  Christian  Poyau, Président du groupe sur la Transition Numérique du Medef. «Parmi les exemples les plus marquants, on peut citer :

  • La traçabilité :afin de limiter la fraude sur la qualité et la nature des produits alimentaires tout au long de la chaîne alimentaire
  • La sécurité :pour protéger la paternité, la propriété et l'authenticité d'une œuvre dans la blockchain
  • L'économie du partage:pour échanger directement, sans tiers de confiance, de l'électricité entre voisins producteurs-consommateurs, à l’échelle d’un quartier intelligent. »

Trois grands défis pour la blockchain

Pour autant, pour être industrialisée, la blockchain doit relever plusieurs défis :

Des défis technologiques
Il s'agit notamment de la difficulté du passage à l'échelle. L'augmentation du nombre de contributeurs à une blockchain rend l'instauration de la confiance entre tous ses acteurs de plus en plus complexe. Par ailleurs, chaque ajout de bloc à une chaine est actuellement extrêmement énergivore.

Des défis financiers
La technologie nécessite encore des apports financiers importants afin de développer les cas d’usage, et notamment de faire émerger une killer app qui pourra entrainer une adoption massive de la blockchain.

Des défis institutionnels
Comme pour toute innovation  disruptive,  le législateur a un rôle clé à jouer. Le cadre réglementaire dans lequel évolue la blockchain aujourd'hui n'est pas stabilisé, et peut encore favoriser ou freiner l’utilisation de la technologie. Aux Etats-Unis, par exemple, la SEC a bloqué la création d’un instrument financier officiel indexé sur le cours du bitcoin, ce qui aurait pourtant pu développer son usage.

Certains analystes estiment de plus que la blockchain, comme Internet en 2000, serait entrée dans une phase de bulle. Il faut donc s'attendre à des déconvenues parmi les nombreux investissements réalisés ces dernières années, selon la viabilité et l'utilité effectives des cas d'usage développés.

Le rôle clé des grands groupes

Ces trois défis révèlent une immaturité que la blockchain partage avec les innovations  deep-tech, issues directement  des laboratoires  de recherche, qui se distinguent des innovations digitales simples par :

  • Une intensité capitalistique plus importante
  • Un temps de mise sur le marché plus long.

Cette innovation nécessite des expertises, techniques, industrielles et commerciales majeures, ainsi qu’un accès au marché pour pouvoir se développer. Les entreprises apparaissent dès lors comme le partenaire le plus naturel pour les startups blockchain. Pour que de tels partenariats soient un succès, elles doivent cependant revoir leur façon d'envisager leur collaboration avec les startups blockchain pour se placer au cœur de cette révolution technologique.

« Il faut aussi préciser que la blockchain est par nature une technologie collaborative. Pour que sa révolution fonctionne, grands groupes, startups et monde académique doivent travailler et expérimenter ensemble. » précise Nicolas Harlé. Cela passe par des actions pour créer davantage d'opportunités de rencontre entre startups et entreprises : forums, séminaires, hackathons, etc.

La France a toutes les cartes en main pour participer à cette révolution

La France est dans une position favorable pour prendre part à cette révolution. Tout d’abord, le cadre législatif est pour l’instant propice au développement de cette technologie à qui la France a reconnu une valeur légale dès avril 2016.

Ensuite un écosystème de startups prometteuses est en train de se créer, avec en figures de proue des exemples comme : Blockchain Partner, Eureka, Keeex, Ledger, Paymium, Postme.io, Stratumn, Wekeep ou encore Woleet.

Enfin, si la France peine parfois à faire travailler ses grands groupes avec les startups et le monde académique, des initiatives pour favoriser la collaboration autour de la blockchain existent. « C'est pourquoi le Medef et le BCG dans le cadre d'un partenariat qui associe également BeMyApp, Blockchain Partner, le CIGREF, l’emlyon business school et BCG Platinion, organisent les 7 et 8 juin un "BizHackathon" au cours duquel des représentants du monde de l'entreprise associés à des startuppers et des étudiants auront l'opportunité de faire émerger de nouveaux cas d'usage de la blockchain. Ce sera une première en France et cela doit permettre de renforcer les liens entre l'écosystème d'innovation et les entreprises autour de ce sujet », souligne Christian Poyau.

*Méthodologie: Sondage réalisé via un questionnaire auto-administré en ligne, entre avril et mai 2017 auprès de 289 répondants, qui sont des décideurs économiques répartis sur tous les secteurs économiques, adhérents au MEDEF ou à des fédérations professionnelles.

Découvrez le livre blanc

Découvrez les articles

Découvrez le programme du Bizhackaton

Voir la vidéo

A propos du MEDEF

Le Medef est le premier réseau d'entrepreneurs de France. Plus de 95% des entreprises adhérentes au Medef sont des PME. Le Medef met au cœur de son action la création d'emplois et la croissance durable. Il promeut l’entrepreneuriat et défend la libre entreprise. Le Medef dialogue avec l'ensemble des acteurs de la société civile et œuvre auprès des différents décideurs en faveur d’une meilleure compréhension des contraintes et des atouts des entreprises.

A propos du Boston Consulting Group (BCG)

Le BCG est un cabinet international de conseil en management et le leader mondial du conseil en stratégie d'entreprise. Nous travaillons avec des clients de tous les secteurs partout dans le monde pour identifier ensemble les meilleures opportunités, les aider à affronter leurs défis et faire évoluer leurs activités. A travers une approche personnalisée, nous leur apportons notre vision de la dynamique des entreprises et des marchés ainsi que notre expertise à chaque niveau de leur organisation. Nous leur garantissons ainsi un avantage concurrentiel durable, des organisations plus performantes et des résultats pérennes. Fondé en 1963, le BCG est une entreprise privée présente dans 46 pays avec 82 bureaux. Plus d'informations sur http://www.bcg.fr/.

Press Release
Previous Page