MIT-x-BCG.jpg

60% des employés considèrent l’Intelligence artificielle comme un partenaire de travail

Lire l'etude

Paris⁠—Contrairement au mythe selon lequel les entreprises tireraient profit de l’Intelligence artificielle (IA) au détriment de leurs salariés, 60% des employés perçoivent l’IA comme une « collègue » plutôt qu’une menace pour leur emploi. C’est ce que révèle la sixième édition du rapport conjoint entre le MIT Sloan Management Review (MIT SMR) et le Boston Consulting Group (BCG), Achieving Individual -and Organizational-Value With AI réalisé auprès de 1700 managers dans plus de 100 pays et 20 industries.

En voici les principaux enseignements :

  • 64% des employés tirent profit de l’utilisation de l’IA. Ceux-ci ont 3,4 fois plus de chances d’être satisfaits dans leur travail par rapport à ceux qui estiment ne pas en bénéficier.
  • Rares sont les cas où l’IA profite aux entreprises alors qu’elle ne profite pas à leurs employés : Seulement 7% des répondants déclarent qu’ils obtiennent peu ou pas de valeur de l’utilisation de l’IA, mais que leur entreprise en tire de la valeur.
  • Au contraire, les entreprises qui s’assurent que leurs employés obtiennent de la valeur en utilisant l’IA ont plus de chance d’en obtenir également : elles sont presque six fois plus susceptibles de générer des rendements financiers importants grâce à la technologie que les organisations dont les employés n’en bénéficient pas

L’IA peut avoir un impact positif sur les employés en renforçant leurs compétences, leur autonomie et leurs relations avec les autres.

Pour 64% des personnes interrogées, l’IA apporte des bénéfices au moins de façon modérée (Figure 1). Sous quelle forme ? Utiliser l’IA peut être bénéfique pour les employés lorsqu’elle contribue à satisfaire trois besoins psychologiques fondamentaux :

1/ Être plus compétent. L’IA peut aider les employés à approfondir leurs connaissances et les aider à prendre des meilleures décisions en leur fournissant des recommandations ultra-granulaires. L’IA peut également stimuler la créativité des employés, les poussant à explorer des nouvelles idées. ~71% des répondants ont recours à l’IA afin d’améliorer leur performance.

2/ Avoir plus d’autonomie. L’IA peut offrir aux individus plus d’autonomie en leur fournissant des conseils sur l’exécution de leur travail tout en apportant des outils de décision permettant de s’émanciper du soutien direct d’un manager. Par exemple, ~67% des répondants déclarent utiliser l’IA afin d’avoir des recommandations sur des nouvelles actions à entreprendre.

3/ Améliorer les relations interpersonnelles. L’IA peut renforcer les relations entre les employés et leurs managers, leurs collaborateurs, leurs partenaires et leurs clients ; à la fois lors de la mise en place des solutions et lors du partage de savoirs pendant l’utilisation. Ainsi, ~56% des répondants déclarent que l’IA a amélioré leurs interactions avec les membres de leurs équipes.

Les managers sont au cœur de la conduite du changement pour augmenter l’adoption de l’IA et assurer un impact positif pour leurs employés.

Malgré ces potentiels bénéfices, l’utilisation de l’IA n’est pas acquise, elle se construit, et il revient aux managers d’actionner les leviers qui déclenchent son utilisation et assurent que les employés en tirent profit.

En premier lieu, les managers doivent s’assurer que leurs employés ont conscience d’utiliser l’IA. "Lorsque les individus ne savent pas qu'ils utilisent l'IA, ils ont naturellement plus de mal à reconnaître sa valeur. Cependant, nos recherches montrent que les employés qui utilisent l'IA en connaissance de cause ont 1,6 fois plus de chances d’en tirer un bénéfice individuel et 1,8 fois plus de chances d'être satisfaits de leur travail par rapport à ceux qui n’ont pas conscience qu’ils utilisent l'IA. De nombreux facteurs contribuent à surmonter les réticences des salariés quant à l’adoption l’IA en entreprise. La confiance est évidemment l’une des premières étapes. Les managers ont un rôle clé à jouer dans la conduite du changement et la formation des salariés." détaille François Candelon, Directeur associé senior, responsable monde de l’Institut de recherche du BCG – BCG Henderson Institute – et co-auteur de l’étude.

Les managers doivent également travailler à l’amélioration de la compréhension et de la connaissance que leurs employés ont de l’IA, notamment via des formations professionnelles qui explicitent le fonctionnement et les bénéfices potentiels de l’IA.

Instaurer de la confiance en l’IA et en ses recommandations est également un puissant levier. Cela passe, en partie, par s’assurer de la transparence de l’IA et de la capacité des employés à pouvoir interpréter ses recommandations.

Finalement, bien que contre-intuitif, imposer l’utilisation de l’IA peut s’avérer être un moyen pour surmonter la résistance que les employés ont à l’utiliser. Cela permet aux individus initialement réfractaires d’en découvrir les bénéfices et de développer une appétence pour l’IA. Néanmoins, lorsqu’ils imposent son utilisation, les managers doivent s’assurer que leurs employés peuvent prendre le pas sur les décisions de l’IA afin de protéger leur autonomie : les salariés qui ont la possibilité de se passer de l’IA mais en ont une bonne connaissance sont 2,1 fois plus susceptibles de l’utiliser régulièrement par rapport à ceux qui sont obligés d’y recourir coûte que coûte.

Les entreprises qui adoptent l’IA au sein de leurs activités doivent prendre conscience de sa valeur pour leurs employés afin de maximiser les bénéfices qu’elles peuvent elles-mêmes en tirer.

Contact Presse

BCG
Alison Harry
+33 6 17 81 35 59

Méthodologie

Cette étude mondiale annuelle de la MIT Sloan Management Review et BCG s'appuie sur une enquête menée auprès de 1741 managers dans plus de 100 pays et 20 secteurs d'activité. 17 entretiens approfondis ont également été réalisés avec des dirigeants, dans l’objectif de comprendre comment la culture d'entreprise affecte le déploiement de l'IA et comment le déploiement de l'IA affecte la culture d'entreprise.

À propos de MIT Sloan Management Review

La MIT Sloan Management Review est un média de la Sloan School of Management du MIT, dont la mission consiste à entretenir les débats entre les chercheurs, les dirigeants d’entreprise et les autres leaders de la réflexion sur les avancées en matière de management, en particulier les avancées liées à la technologie qui transforment profondément les façons de diriger et d’innover. La MIT Sloan Management Review se fait le reflet pour les dirigeants de la créativité, de l’enthousiasme et des nouvelles possibilités générés par les évolutions rapides des organisations, des technologies et de la société.

À propos du Boston Consulting Group (BCG)

BCG accompagne les dirigeants du monde entier (entreprises, Etats, ONGs etc.). Nous sommes à leurs côtés pour les aider à relever leurs plus grands défis. Créé en 1963, BCG a été le pionnier du conseil en stratégie. Aujourd'hui, nous aidons nos clients dans toutes leurs transformations afin d’accélérer leur croissance, renforcer leur avantage concurrentiel et générer un réel impact.

La réussite des organisations passe aujourd’hui par leur capacité à associer les meilleures ressources humaines et digitales. Nos équipes apportent une expertise industrielle et fonctionnelle approfondie à nos clients. BCG propose des solutions qui s’appuient sur du conseil de très haut niveau, du design, le déploiement de nouvelles technologies ou encore la création d'entreprises digitales- en respectant toujours la raison d’être des entreprises. Nous travaillons avec nos clients selon un modèle collaboratif unique, à tous les niveaux de l’organisation. Plus d'informations sur http://www.bcg.fr/.

Press Releases